Rechercher

J'ai faim jour 2

Environ 32h de jeûne. Pffff c'est long. Je me suis réveillée comme une fleur, prudemment car je croyais tomber d'inanition, mais pas du tout. La matinée s'est extrêmement bien passée, j'étais pleine d'énergie. Je peux donc jeûner une journée sans problème ! Mais depuis lors c'est la grosse fatigue. Je porte sur mon visage les stigmates de mon pauvre corps fatigué qui cherche sa survie; J'ai pourtant quelques réserves, je suis très déçue de constater que je ne fonds pas comme neige au soleil.... Ne pas faire de jeûne pour maigrir, je vous avais prévenu...

Alors actuellement je suis en phase de jeûne court. Fini la glycogénolyse, mon corps fabrique à présent du glucose à partir des graisses stockées dans les tissus adipeux (Lipolyse-top !) et à partir des protéines, principalement des muscles (Protéolyse-moins top !). Cette phase est la néoglucogenèse (création de nouveau glucose). Elle ne peut être maintenue longtemps car elle présente 2 inconvénients majeurs : 1) la fonte des muscles risquerait d'être trop rapide (Mes muscles sont en train de fondre !!) D'où l'importance de maintenir une oxygénation et une activité physique modérée pour ralentir cette fonte et conserver une tonicité. 2) Pomper dans les réserves de graisse est vite coûteux en termes énergétiques.

C'est pourquoi une autre conversion issue de la lipolyse va s'activer, la voie des corps cétoniques, ou cétogenèse. Wouah ! c'est excitant, j'espère tenir jusque là, c'est à priori au programme du quatrième jour.

En attendant j'ai repris du poil de la bête, je me suis autorisée un petit bouillon bien chaud et bien salé, car l'inconvénient du jeûne c'est aussi la fuite très rapide de sodium, potassium et autres sels minéraux, et comme j'ai tendance à l'hypotension, le manque de sel est tout à fait fâcheux. Il faut tout de même savoir que jeûner, c'est faire subir un gros stress à l'organisme qui, privé de nourriture, déclenche une alerte conduisant à un bouleversement hormonal et neuroendocrinien. Dans le jeûne hydrique pur, tel que je me suis engagée à le suivre, on ne consomme aucun aliment. Mais il existe une variante plus light : Le basculement vers la fabrication de corps cétoniques et l'utilisation des réserves de graisse corporelle se fait lorsque l'on apporte moins de 450 kcal à l'organisme et moins de 50 g de glucides. Consommer une soupe légère composée de quelques légumes ne devrait donc en rien limiter le passage en mode jeûne. C'est la célèbre méthode Büchinger qui, par exemple, dans sa belle clinique luxueuse des bords du lac de Constance ou de Marbella, autorise un petit bouillon léger chaque jour, ainsi qu'1/4 de litre de jus de fruits pressés le matin. Je n'ai pas encore craqué pour le jus de fruits, voulant éliminer tout apport de sucre, mais j'ai encore 3 jours à tenir...